Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ABANDONED

Film de Arpad Sopsits (Hongrie, 2001)

Titre en Hongrois : Torzoc

Thèmes : Amitiés particulières        

Terrain : Orphelinat hongrois tenu par des prêtres     

Epoque : Début des années 1960   

Situation : Hongrie            

Genre : Drame psychologique        

Age des garçons : 9-13 ans              

Acteurs ado : Aron, 10-11 ans = Tamas Meszaros ; et Maté, 11 ans = Attila Zsilak

 

Synopsis: Fondé sur une histoire vraie, dans la Hongrie communiste. Une crise familiale force un père à envoyer son fils Aron, âgé de neuf ans, en orphelinat tenu par des prêtres. Cette institution, qui accueille une trentaine de garçons de 9 à 13 ans,  est particulièrement stricte. Les raisons pour lesquelles ils ont été placés là sont multiples: pauvreté dans la famille, emprisonnement des parents après la révolution de 1956, tragédies familiales. Le foyer est un univers fermé, à la fois cruel et humiliant. Le garçon est choqué ; au début, il est battu par ses camarades et par les enseignants, sans compter sur la présence d'un professeur sadique et pédophile latent qui lui censure ses lettres. Cependant, il va développer des liens amicaux avec l'infirmière de l'établissement avec qui il connaîtra sa première relation sexuelle et un ancien astronome au caractère sensible qui lui fera découvrir le secret des étoiles. Il s’intègre au groupe des élèves, dont il devient un des leaders. Mais il trouve surtout un soutien auprès d’un camarade de son âge, Attila, avec lequel il développe une amitié très sensuelle. Il a le courage d’entraîner ses camarades à se révolter et à s’enfuir du pensionnat. Mais cette fuite se termine tragiquement, Attila s’étant noyé dans la rivière gelée que le groupe a traversée. Un autre de ses camarades, retrouvé pendu dans l’établissement, ajoute au tragique de la situation.

 

Thèmes abordés en rapport avec la recherche –  Deux thèmes majeurs : la forte amitié qui lie deux garçons à l’aube de la puberté, qui aiment dormir l’un contre l’autre et s’échanger quelques baisers ; la cruauté des adultes responsables du pensionnat, qui font subir aux élèves des souffrances physiques et psychologiques régulières. On s’aperçoit par ailleurs que l’enseignant en charge de l’établissement est attiré par les garçons, qu’il contraint à s’exhiber devant lui. La jeune infirmière du collège, très avenante et souvent maternelle avec les garçons, suscite le désir parmi eux ; elle contribue à les initier aux mystères de la sexualité. Une scène amusante : l’un des garçons, après s’être masturbé, a répandu son sperme sur un tapis posé à terre, autour duquel plusieurs garçons se sont réunis, imaginant que le liquide représente un être humain.

 

Jugement en rapport avec la recherche –  Film dur mais émouvant, un peu daté, qui montre que les abus physiques et sexuels commis dans les établissements scolaires laïcs furent vraisemblablement aussi fréquents que ceux commis dans les établissements religieux.

Tag(s) : #Adolescence, #Sexualité, #Abus sexuels, #Cinéma, #Garçons, #Homosexualité, #Amitiés particulières, #Pédérastie, #pensionnat, #Internat, #cinéma, #enfance maltraitée, #prêtres, #Orphelin, #Hongrie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :